Le ton accommodant de la FED fait chuter le dollar
La réunion du mois de juin de la Réserve fédérale a été aussi accommodante que ce que le marché attendait. La Fed a clairement annoncé que des réductions de taux allaient arriver.
A
présent, la seule question est de savoir combien y en aura-t-il et à quelle vitesse se feront-elles. L’environnement actuel pourrait difficilement être plus baissier pour le dollar. Le consensus politique aux États-Unis est pour des taux plus bas, des déficits plus importants et un dollar plus faible. En outre, nous ne pensons pas que nous allons entrer dans une récession mondiale. Cette combinaison de facteurs devrait être négative pour le dollar et positive pour les monnaies des marchés émergents. Les tableaux de performance de la semaine reflètent cela. Le dollar a perdu du terrain face aux principales devises mondiales et les pertes ont été particulièrement conséquentes vis-à-vis des devises des marchés émergents.

Deux événements clés cette semaine devraient attirer l’attention des marchés. Le président de la Fed, M. Powell prononcera ce mardi un discours. Nous obtiendrons vendredi les données de l’inflation pour le mois juin dans la zone euro. Étant donné l’importance croissante, que toutes les grandes banques centrales accordent à l’absence de pressions inflationnistes pour justifier des positions accommodantes, il est nécessaire de surveiller de près chaque rapport majeur sur l’inflation dans le monde.

EUR


Le ton très accommodant du président de la BCE, Draghi, lors de la conférence de Sintra sur la politique monétaire lundi dernier, a temporairement fait chuter l'euro. Toutefois, la réunion du FOMC mercredi a ramené la devise commune à la hausse, face au dollar, alors que les marchés poussent la Fed pour de nouvelles réductions des différentiels de taux d'intérêt. Les indices d'activité PMI se sont légèrement améliorés, ce qui confirme notre point de vue selon lequel une récession dans la zone euro n'est pas envisagée et qu'il reste encore beaucoup à faire pour créer des emplois et accroître la consommation intérieure dans la plupart des grandes économies de la zone.

GBP


Lors de la réunion de juin, qui s'est tenue la semaine dernière, la Banque d'Angleterre a indiqué qu'elle s'inquiétait de plus en plus de la possibilité d'une sortie sans accord de l'union européenne. Alors que le principal scénario reste qu'un accord soit conclu, auquel cas une suppression très progressive des mesures de relance monétaire serait approprié, la Banque d'Angleterre a clairement indiqué qu'elle réduirait considérablement les taux d'intérêt en cas de non-accord. La livre sterling a initialement mal réagi, mais a été vite rattrapée par le rallye général face au dollar en fin de semaine. La semaine prochaine devrait être une semaine calme sur le plan économique. L'actualité principale de la livre sterling sera donc toutes les déclarations du leader du parti conservateur (Boris Johnson) sur le Brexit.

USD


La réserve fédérale a laissé peu de doute sur le fait qu’une réduction s’annonce lors de la prochaine réunion réunion en juillet. Les communications étaient perçues par les marchés comme accommodante et le cycle d’assouplissement complet consiste maintenant en quatre réductions de 0,25% sur les marchés des taux d’intérêt. Nous pensons que ces attentes sont exagérées et qu’un écart important se creuse à nouveau entre le "graphique en points" et les prix du marché. Cependant, il ne fait guère de doute que la politique et la composition politique aux États-Unis sont maintenant aussi baissières que possible pour le dollar. Le consensus est orienté vers des taux plus bas, des déficits plus importants et un dollar plus faible à tout prix. Nous pensons que cela valide fortement nos prévisions de renforcement des devises européennes et de nouveaux rebonds des devises des marchés émergents tout au long de 2019.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le marché des devises ou savoir comment vous couvrir contre le risque de change ?

N'hésitez pas à contacter nos experts.
Imprimer