Les devises des marchés émergents continuent de se renforcer alors que les investisseurs se tournent vers des actifs plus risqués
Les faibles rendements disponibles sur les obligations du G10 ont continué à pousser la semaine dernière les investisseurs vers les marchés émergents, qui proposent des rendements plus élevés.
L
es devises du G10 continuent de stagner alors que celles des marchés émergents se redressent. Les gagnants de la semaine dernière étaient les roupies indonésienne et indienne ainsi que le rand sud-africain. L'euro a tenu le dollar à égalité, alors que la livre sterling a encore lutté contre les incertitudes des investisseurs à propos d'un Brexit sans accord.

EUR


Le principal rapport sur l'inflation pour le mois de juin contenait des nouvelles plutôt positives. L'indicateur de base, qui exclut les composants alimentaires et énergétiques volatils, s'est amélioré pour atteindre 1,1%. Bien que ce chiffre soit encore bien en deçà de l'objectif de la BCE, l'énorme bond en avant de 0,3% en un mois laisse espérer que nous assistions enfin à une tendance à la hausse plus soutenue. Compte tenu des paris spéculatifs massifs sur l'euro, nous nous attendons à ce que toute bonne nouvelle macroéconomique en dehors de la zone euro ait un fort impact positif sur les transactions en euros.

GBP


L’annonce du leader de la course à la direction du parti conservateur disant qu’il prépare un budget pour un Brexit sans accord ne va probablement pas aider la livre sterling au cours de la semaine à venir. Bien que la croissance du Royaume-Uni se maintienne mieux que prévu avec un taux d'imposition annualisé légèrement inférieur à 2%, les marchés restent entièrement axés sur les perspectives d'un Brexit sans accord. Il est peu probable que nous assistions à une évolution du marché sur ce front. Cependant, la publication mercredi des indices d'activité PMI devrait nous permettre de jeter un coup d'œil rapide sur l’impact qu’une nouvelle incertitude liée au Brexit, a sur l’activité économique.

USD


Les responsables de la Fed ont semblé exclure la possibilité d’une réduction de 0,5% du taux directeur en juillet, ce qui aiderait d’un côté le rendement des obligations du Trésor américain sur 10 ans à rester au-dessus du niveau de 2,00% et offrirait une forme de soutien au dollar par rapport à ses principaux rivaux du G10. Il y aura également une publication macroéconomique importante ce vendredi. Le rapport sur la masse salariale américaine pour juin nous indiquera si la faiblesse du mois précédent était un hasard statistique ou bien le début d’un ralentissement. Si, comme nous le supposons, le premier cas se confirme, nous pourrions assister à une correction assez nette face aux grosses attentes de réductions des prix sur les marchés américains des titres à revenu fixe.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le marché des devises ou savoir comment vous couvrir contre le risque de change ?

N'hésitez pas à contacter nos experts.
Imprimer