Le dollar plonge alors que les taux d’intérêt américains s’effondrent en raison des craintes liées au coronavirus

  • Retour à la page d'accueil du Blog
  • Actualités
    Actualités|Analyse du marché des devises
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international|Innovation
    Analyse du marché des devises
    Analyse du marché des devises|Commerce international
  • Latest

9 March 2020

Written by
Enrique Díaz-Álvarez

Chief Risk Officer at Ebury. Committed to mitigating FX risk through tailored strategies, detailed market insight, and FXFC forecasting for Bloomberg.

L’épidémie de coronavirus est devenue une déroute complète sur le marché des devises la semaine dernière.

L
es indices boursiers ont chuté dans le monde entier et la baisse dans l’urgence de 50 points de base de la Réserve fédérale n’a apporté qu’un soulagement temporaire. Mais les mouvements les plus volatils ont été observés dans les taux, les marchés ayant rapidement anticipé de nouvelles baisses du taux de la Réserve fédérale et poussé le rendement des bons du Trésor américain à des niveaux records. Le dollar américain a souffert de la baisse massive du différentiel de taux d’intérêt dans la plupart des pays du G10, les devises européennes en général ont été les plus performantes de la semaine, tirées par l’euro. Les performances des marchés émergents ont été assez mitigées, les pays dépendants du pétrole s’en tirant mal en raison de l’effondrement des prix du baril, tandis que les devises des pays du Pacifique rebondissaient.

La décision de l’Italie au cours du week-end de verrouiller ses provinces du Nord, y compris Milan, est un rappel brutal que la crise n’est pas encore sous contrôle. Les marchés en Asie ont été révélateurs de nouvelles turbulences dimanche soir, alors que les contrats à terme sur le marché américain ont sombré et que les valeurs refuges comme le yen et l’euro se sont renforcés à l’ouverture des marchés.

Cette semaine, les marchés resteront concentrés sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus, en accordant une attention particulière au nombre de nouveaux cas quotidiens déclarés hors de Chine. La réunion de la BCE jeudi sera déterminante pour évaluer la réaction des autorités face à la crise.

EUR

La nouvelle affirmant que l’Italie enferme ses régions septentrionales, soit environ 16 millions de personnes au total, signifie que l’escalade de la réponse à la crise entraînera presque certainement une récession en Europe, et probablement même dans toute l’union européenne. Le doute se pose maintenant sur la réponse de la BCE. Alors que sa capacité à réduire les taux est assez limitée, nous nous attendons à ce que la réunion se concentre sur les moyens par lesquels les banques peuvent soutenir les entreprises, en particulier les PME les plus vulnérables. Nous nous attendons également à ce que l’Allemagne annonce au moins un assouplissement de sa politique budgétaire pour contrer le développement des risques de récession. Quant à l’euro, la hausse actuelle a été très rapide et il commence à atteindre nos objectifs d’appréciation à moyen terme, nous ne serions donc pas surpris de voir la monnaie commune prendre une pause à court terme.

GBP

La livre sterling a progressé plus ou moins au même rythme que l’euro la semaine dernière, quoique légèrement à la traîne par rapport à la monnaie unique. Les questions intérieures sont désormais en veilleuse et les données économiques sont largement ignorées car désespérément dépassées face à l’épidémie. La multitude de données publiées cette semaine (PIB et production manufacturière) est susceptible d’être ignorée. Nous pouvons cependant constater un certain effet de la publication du budget de printemps, qui devrait annoncer une orientation budgétaire plus stimulante pour l’économie.

USD

Le dollar a souffert contre toutes les devises du G10, à l’exception du dollar canadien. Après que la Réserve fédérale a annoncé une baisse surprise de 50 points de base, les taux américains se sont effondrés et le billet vert a perdu la majeure partie de son “coussin” de taux d’intérêt positifs. Vendredi, le rapport sur la masse salariale était très solide, mais les marchés l’ont ignoré car il ne reflète pas encore l’impact du coronavirus.

Le marché prévoit aujourd’hui que la Réserve fédérale ramènera les taux à zéro, avec des baisses de 25 points de base à chacune des réunions de mars et d’avril, et in fine des taux nuls d’ici la fin de l’année. Nous nous attendons à ce que les marchés ignorent les données économiques de la semaine, comme ils l’ont fait avec le rapport de paie la semaine dernière. L’exception pourrait être le sentiment des consommateurs vendredi, qui nous donnera la première lecture de la réaction des consommateurs américains à la crise.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le marché des devises ou savoir comment vous couvrir contre le risque de change ?

N’hésitez pas à contacter nos experts.

PARTAGER