Le coronavirus fait trembler les marchés financiers du monde entier

  • Retour à la page d'accueil du Blog
  • Actualités
    Actualités|Analyse du marché des devises
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international|Innovation
    Analyse du marché des devises
    Analyse du marché des devises|Commerce international
  • Latest

3 February 2020

Written by
Enrique Díaz-Álvarez

Chief Risk Officer at Ebury. Committed to mitigating FX risk through tailored strategies, detailed market insight, and FXFC forecasting for Bloomberg.

Les entreprises ont passé la semaine à attendre nerveusement les derniers chiffres sur la contagion et les décès dus au coronavirus en Chine et ailleurs dans le monde.

L
es indices mondiaux ont fortement chuté, bien que les bourses chinoises aient été fermées pour le nouvel an chinois. Les marchés chinois sont prêts pour le premier jour de réouverture de la bourse depuis que le virus a été déclaré urgence mondiale. Les autorités chinoises ont annoncé une série de mesures pour soutenir les marchés, dont une injection nette de 150 milliards de yuans de liquidités.

Les craintes relatives à l’impact sur les chaînes d’approvisionnement mondiales ont frappé les prix des matières premières et les devises des marchés émergents. Les valeurs refuges comme le yen et le franc suisse se sont renforcées. L’euro et la livre se sont jusqu’à présent bien maintenus par rapport au dollar américain, en partie grâce à la perception d’un message accommodant de la Réserve fédérale lors de sa réunion de janvier.

Cette semaine, l’attention devrait rester sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus. Les positions vendeuses sur les actifs à risque s’allongent, de sorte que toute nouvelle indiquant que le taux de contagion se stabilise, en particulier en dehors de la Chine, pourrait entraîner un rebond significatif des marchés. Nous ne verrons pas encore l’impact de l’épidémie sur les données économiques avant un certain temps. D’autres nouvelles concernant l’évolution du marché viendront des États-Unis. Le parti démocrate organise lundi des primaires très disputées dans l’Iowa, avec le candidat de gauche Sanders en tête des sondages. Vendredi, le rapport sur les salaires aux États-Unis devrait annoncer une croissance de l’emploi plus saine et des gains salariaux modestes mais constants.

EUR

Les données économiques de la zone euro ont été décevantes la semaine dernière. La croissance du PIB au dernier trimestre de 2019 a surpris à la baisse, affichant un taux anémique de 0,4 % en rythme annualisé, l’économie française s’étant légèrement contractée contrairement aux attentes des marchés qui attendaient une croissance modeste. L’inflation de base est retombée à 1,1 %, et l’objectif de 2 % fixé par la BCE semble plus éloigné que jamais. Le dénouement des “carry trades” sur fond d’alerte au Coronavirus a permis à la monnaie unique de progresser modestement cette semaine malgré les données économiques décevantes. La semaine prochaine, l’accent sera mis sur les discours des responsables de la BCE, en particulier de la présidente Lagarde, lundi et mercredi.

GBP

Comme nous l’avions prédit, la Banque d’Angleterre a douché les attentes du marché en matière de baisse de taux, envoyant la livre sterling à la hausse malgré la fuite générale du risque. La décision de conserver les taux actuels a été prise à une nette majorité de 7’2. La livre sterling souffre dans les échanges asiatiques tôt le matin, après que Boris Johnson ait suggéré qu’il était prêt à quitter les négociations sans accord, mais nous pensons que ce n’est qu’un coup de bluff.

USD

La contrepartie des données européennes décevantes de l’autre côté de l’Atlantique a été un message de prudence de la part de la Réserve fédérale. Les messages de la Fed étaient optimistes quant aux perspectives de croissance des États-Unis tout en exprimant leur frustration face à une inflation qui semble être constamment inférieure à l’objectif de la banque centrale. Les craintes liées à l’épidémie de coronavirus semblent avoir eu un effet mitigé sur le dollar américain, l’envoyant au plus haut par rapport aux devises des matières premières et des marchés émergents alors que la plupart des devises européennes tiennent le coup. Nous nous attendons à ce que les premières primaires démocrates aient peu d’effet sur le dollar américain, tandis que le rapport sur l’emploi américain de vendredi devrait être plus important. Comme d’habitude, nous serons très attentifs aux chiffres de l’augmentation annuelle des salaires pour voir si un chômage très faible se traduit par une pression à la hausse sur les salaires, ce que la Réserve fédérale serait très heureuse de voir.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le marché des devises ou savoir comment vous couvrir contre le risque de change ?

N’hésitez pas à contacter nos experts.

PARTAGER