Les devises tributaires du pétrole frappées par le krach boursier

  • Retour à la page d'accueil du Blog
  • Actualités
    Actualités|Analyse du marché des devises
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international|Innovation
    Analyse du marché des devises
    Analyse du marché des devises|Commerce international
  • Latest

28 April 2020

Written by
Enrique Díaz-Álvarez

Chief Risk Officer at Ebury. Committed to mitigating FX risk through tailored strategies, detailed market insight, and FXFC forecasting for Bloomberg.

La plupart des principales devises ont évolué dans des fourchettes relativement étroites la semaine dernière, du moins selon les normes des dernières semaines.

L
es principales exceptions ont été celles exposées aux prix du pétrole, comme la couronne norvégienne et les pesos mexicain et colombien, qui ont fortement chuté en réaction au chaos sur le marché pétrolier qui s’est terminé par des prix du pétrole très bas. Ailleurs, la tonalité généralement négative des actifs à risque a soutenu le dollar américain qui s’est apprécié contre la plupart de ses pairs.

Les banques centrales seront au centre des échanges de devises cette semaine. La réserve fédérale se réunit mercredi et la BCE jeudi. Nous attendons relativement peu de nouvelles de la part des premiers, étant donné à quel point elle a déjà été active et agressive en annonçant divers programmes de relance et de soutien. Quant à la BCE, nous prévoyons une expansion des programmes existants, en particulier le programme d’achat d’actifs Pandemic Emergency Purchase Programme (PEPP) annoncé dès le début de la crise, augmentant la taille au point de pouvoir absorber toutes les émissions attendues d’obligations souveraines au moins jusque fin 2020.

EUR

Les marchés semblent avoir été quelque peu déçus par le programme d’aide de l’UE aux pays les plus touchés par la pandémie. Nous adoptons une position plus positive. Entre les 540 milliards d’euros convenus la semaine dernière et le programme PEPP de la BCE de 750 milliards d’euros, la puissance de feu semble être suffisante pour que les états membres puissent combler les déficits qu’ils ont creusés pour financer la réponse à la crise et la reprise économique par la suite. Nous pensons qu’une augmentation du PEPP est probable lors de la réunion de jeudi de la BCE, ce qui devrait rassurer les marchés et soutenir l’euro au cours des prochaines semaines.

GBP

Les données en provenance du Royaume-Uni étaient mauvaises comme attendues. L’exception était la demande au chômage de mars mais celle-ci a été largement ignoré car elles ne reflètent pas encore la forte augmentation des licenciements apparu fin mars. La réémergence de dures préoccupations liées au Brexit n’a pas été favorable à la livre sterling, qui a enregistré la deuxième pire performance parmi les devises du G10. Cette semaine, peu de données sur le Royaume-Uni et nous nous attendons à ce que la livre se négocie dans les mêmes niveaux.

USD

Le dollar américain a assez bien résisté aux nombreuses données économiques désastreuses. La semaine dernière, le nombre de demandes de chômage a reflété la perte de 4,4 millions d’emplois supplémentaires, confortant notre opinion selon laquelle les emplois précaires sans sécurités aux États-Unis sont susceptibles de maximiser les dommages causés par l’arrêt forcé de l’économie. Il est probable que le taux de chômage réel aux États-Unis avoisine maintenant les 20%, un rythme de destruction d’emplois plus rapide que celui observé ailleurs. La réserve fédérale a été suffisamment agressive dans le déploiement de programmes pour soutenir l’économie, nous nous attendons donc à ce que relativement peu de nouvelles sortent de la réunion de mercredi du FOMC.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le marché des devises ou savoir comment vous couvrir contre le risque de change ?

N’hésitez pas à contacter nos experts.

PARTAGER