Le dollar dégringole alors que l’optimisme des entreprises stimule les marchés mondiaux

  • Retour à la page d'accueil du Blog
  • Actualités
    Actualités|Analyse du marché des devises
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international|Innovation
    Analyse du marché des devises
    Analyse du marché des devises|Commerce international
  • Latest

26 May 2020

Written by
Enrique Díaz-Álvarez

Chief Risk Officer at Ebury. Committed to mitigating FX risk through tailored strategies, detailed market insight, and FXFC forecasting for Bloomberg.

Rebond général des principaux indices PMI de l’activité économique, ils sont passés de niveaux catastrophiques à des niveaux encore très bas. L’assouplissement continu des mesures de confinement, ont rassuré les marchés et ont permis de dynamiser les actifs à risque dans le monde entier, les actions en tête.

L
es devises n’ont pas fait exception et le dollar s’est vendu par rapport à tous ses principaux rivaux, à l’exception des valeurs refuges habituelles, le yen et le franc suisse. Les monnaies des marchés émergents qui s’étaient le plus vendues pendant les crises sont en hausse, comme le real brésilien et le peso mexicain. La livre turque n’a pas suivi le mouvement et a terminé la semaine en stagnation par rapport au dollar et en baisse par rapport à l’euro, ce qui est inquiétant.

À la fin de la semaine dernière, un nouveau facteur de risque est apparu alors que les tensions entre les États-Unis et la Chine ont pris une tournure inquiétante, l’administration Trump s’opposant au nouveau projet de loi sur la sécurité nationale pour son territoire de Hong Kong. Le jour férié américain du Memorial Day aujourd’hui et l’absence de mesures de rétorsion spécifiques de la part des États-Unis jusqu’à présent signifient que les actifs à risque et les devises des marchés émergents commencent la semaine en étant bien positionnés. La donnée la plus importante à nos yeux sera l’inflation éclair de mai hors de la zone euro vendredi, ce qui mettra en lumière les dommages relatifs causés à l’offre par rapport à la demande dans l’économie de la zone euro.

EUR

La proposition franco-allemande d’un programme de 500 milliards d’euros pour financer la reprise après la pandémie, en plus des mesures déjà prises par la BCE, a apporté un bon soutien à l’euro. Il est encore très tôt, mais le rebond significatif des indicateurs PMI de l’activité économique dans la zone euro (à un niveau encore lamentablement bas) est une première lecture positive de l’impact des différents programmes de soutien des états et de la levée des mesures de verrouillage les plus sévères. L’indice allemand IFO sur les attentes des entreprises, en particulier, est sorti considérablement plus élevé que prévu. Cette mesure a été l’une des premières à signaler un creux dans la récession de 2008.

GBP

Les données d’avril ont montré une hausse record des demandes de chômage, mais les données n’étaient pas suffisamment mauvaises pour correspondre aux pires attentes. Les ventes au détail ont également chuté d’un montant record en avril, de plus de 22 %. Les faibles données, combinées au refus de la Banque d’Angleterre d’exclure la possibilité de taux négatifs à l’avenir, ont plafonné la hausse de la livre sterling. La plupart des indices de l’activité économique montrant un rebond de l’activité depuis la fin avril égal à environ la moitié des pertes subies. Nous pensons que la baisse à court terme de la livre est limitée par ces niveaux de dépréciation.

USD

Le marché du travail américain n’a pas encore touché le fond. Le nombre de demandes hebdomadaires de prestations de chômage, nouvelles et anciennes, a une nouvelle fois dépassé les attentes, et correspond à un taux de chômage d’environ 20 %. Le Congrès a garanti que les allocations de chômage resteront assez généreuses à court terme, ce qui devrait protéger la demande globale, mais les dommages causés aux entreprises seront considérables. Cette semaine, les données sur le chômage constitueront à nouveau le point clé. Les économistes prévoient une stabilisation relative du nombre de chômeurs, à mesure que le chômage devient plus bidirectionnel et que certaines entreprises commencent à réembaucher des travailleurs licenciés. Nous continuons à nous attendre à ce que le dollar souffre à moyen terme, en raison de la moindre réaction à la crise aux États-Unis et de la plus grande probabilité de dommages à moyen terme sur le marché du travail par rapport à l’Europe.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le marché des devises ou savoir comment vous couvrir contre le risque de change ?

N’hésitez pas à contacter nos experts.

PARTAGER