La vente du dollar américain se poursuit et le billet vert subit le pire mois de la décennie

( 5 min. )

  • Retour à la page d'accueil du Blog
  • Actualités
    Actualités|Analyse du marché des devises
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international|Innovation
    Analyse du marché des devises
    Analyse du marché des devises|Commerce international
  • Latest

3 August 2020

Written by
Enrique Diaz-Alvarez

Chief Risk Officer

La vente agressive du dollar américain s’est poursuivie la semaine dernière, la monnaie affichant sa pire performance mensuelle en taux de change effectif depuis une décennie.

L
es fortes inquiétudes concernant le nombre toujours élevé de cas de covid-19 aux États-Unis et la possibilité de mesures prolongées de confinement dans le pays, ont fait baisser l’indice du dollar à son plus bas niveau depuis mai 2018. L’incapacité du Congrès à se mettre d’accord sur une extension du régime d’allocations chômage n’a pas aidé la monnaie la semaine dernière, amplifiant les craintes déjà fortes sur l’état de la reprise économique américaine.

Toutes les devises du G10 ont terminé le mois dernier en hausse par rapport au billet vert, avec en tête la couronne suédoise et la livre sterling, deux monnaies plus risquées, cette dernière continuant à se redresser malgré l’incertitude qui entoure actuellement le Brexit. La plupart des devises émergentes ont également terminé le mois de juillet en hausse par rapport au dollar. Nous avons cependant vu une poignée de monnaies se vendre violemment la semaine dernière, notamment le rand sud-africain et le rouble russe, qui ont terminé la semaine en étant les deux plus mauvais élèves.

Cette semaine, l’attention restera portée sur le Congrès et sur la question de savoir si un accord est possible pour étendre les mesures de soutien aux allocations chômages. Les investisseurs attendront également avec impatience la publication d’une série de données économiques cette semaine, notamment le rapport de juillet sur les salaires aux États-Unis publié vendredi.

EUR

L’euro continue de se renforcer, terminant la semaine dernière à son plus haut niveau depuis la mi-2018. Les derniers chiffres du covid-19 en Europe ont suscité des inquiétudes quant à la possibilité d’une seconde vague d’infection, notamment en Espagne où les nouvelles infections ont atteint leur plus haut niveau depuis le 11 mai. Bien que cela se soit traduit par une vente d’indices boursiers européens la semaine dernière, la résistance de l’EUR/USD est une bonne indication de l’aigreur du sentiment des investisseurs à l’égard du dollar ces derniers temps.

Nous devrions avoir une meilleure idée de la manière dont l’économie de la zone euro a rebondi après le pire de la récession cette semaine, avec les chiffres composites de l’indice PMI et des ventes au détail qui seront publiés mercredi. Le premier est une révision des données de juillet, de sorte que les investisseurs se focaliseront sur le second.


GBP

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles pour la livre sterling la semaine dernière. Avec peu de données économiques ou d’annonces politiques importantes, la monnaie britannique a pu se renforcer par rapport à un dollar globalement plus faible. Même l’annonce vendredi que la réouverture de certaines parties de l’économie britannique serait retardée n’a pas suffi à faire dérailler la livre, qui a terminé le mois à peu près là où elle se trouvait avant la panique boursière début mars.

Il sera intéressant de voir si cette tendance se poursuit cette semaine, lorsque les investisseurs auront beaucoup plus de données et d’annonces politiques à digérer. Nous serons très attentifs aux chiffres révisés du PMI (aujourd’hui et mercredi) et à la dernière décision de politique monétaire de la Banque d’Angleterre jeudi. Nous nous attendons à ce que la BoE maintienne sa politique monétaire inchangée, compte tenu de la récente augmentation du programme d’assouplissement quantitatif de la banque. L’attention se portera plutôt sur les commentaires concernant le rythme attendu de la reprise.


USD

Comme mentionné, juillet a été le pire mois pour le dollar depuis 2010, avec une augmentation du nombre de cas de covid-19, des batailles politiques et une baisse des rendements qui ont poussé les investisseurs à abandonner la monnaie américaine en masse.

Cette semaine pourrait être très importante pour le dollar. Non seulement nous pourrions obtenir des nouvelles du Congrès, mais il y aura également une foule de données économiques à digérer pour les investisseurs. La plupart de ces donnés couvriront la période suivant la réintroduction de mesures de confinement dans une poignée d’états. Nous accorderons une attention particulière à l’indice PMI non manufacturier de l’ISM publié mercredi, ainsi qu’au rapport sur les salaires non agricoles pour le mois de juillet publié vendredi. Compte tenu de la dernière aggravation des données hebdomadaires sur les demandes de chômage, nous pensons qu’il y a une chance que ce dernier surprenne à la baisse.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le marché des devises ou savoir comment vous couvrir contre le risque de change ?

N’hésitez pas à contacter nos experts.

PARTAGER