Le dollar sous la pression de la pandémie

( 5 min. )

  • Retour à la page d'accueil du Blog
  • Actualités
    Actualités|Analyse du marché des devises
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international|Innovation
    Analyse du marché des devises
    Analyse du marché des devises|Commerce international
  • Latest

13 July 2020

Written by
Enrique Diaz-Alvarez

Chief Risk Officer

La semaine dernière, les actifs à risque ont connu des résultats mitigés à travers le monde. Toutefois, il semble que la détérioration des indicateurs de pandémie aux Etats-Unis commence à faire sentir ses effets sur le billet vert.

A
vec de nouveaux cas atteignant des records presque chaque jour et des décès qui augmentent, le dollar a chuté par rapport à toutes les autres devises du G10, à l’exception du dollar canadien. Les chiffres macroéconomiques aux Etats-Unis sont encore généralement solides, mais la plupart de ces indicateurs ne reflètent toujours pas l’impact des nouvelles mesures de confinement imposées en réponse à l’augmentation du nombre de cas. Les devises des marchés émergents commencent également à refléter les performances relatives des différents pays face à la pandémie, comme le real brésilien et le peso mexicain, qui ont enregistré les pires performances de la semaine sur le marché des devises, tandis que le peso chilien et le yuan chinois se sont retrouvés en tête du classement.

Cette semaine, l’accent sera mis sur les chiffres du COVID19 aux Etats-Unis et sur le sommet de l’Union européenne qui se tiendra plus tard dans la semaine. Alors que des records de nouveaux cas continuent d’être enregistrés tous les jours aux US, et que les décès et les hospitalisations augmentent, nous pensons qu’un résultat probablement positif du sommet européen pourrait bien dynamiser l’euro.

EUR

Il y a eu peu de données sur la zone euro la semaine dernière, mais l’euro était généralement bien soutenu par l’optimisme quant à l’approbation du fonds de relance de l’UE. Angela Merkel semble résolue à surmonter l’opposition des ‘Frugal Four’ et à faire approuver le plan au plus tard au sommet de l’Union européen cette semaine. Le meeting de la BCE ce jeudi ne devrait pas voir de changements significatifs dans la politique monétaire extrêmement souple de la banque centrale, mais nous nous attendons à un résultat positif du sommet pour maintenir la monnaie commune bien soutenue par rapport au dollar américain.

GBP

La livre sterling a connu une bonne semaine malgré l’absence de progrès réel dans les négociations sur le Brexit. Ce rallye a probablement été causé par les nouvelles positives d’une position budgétaire plus généreuse dans le mini-budget du Chancelier. Cette semaine est riche en données, avec les chiffres du PIB (mardi), de l’inflation (jeudi) et du marché du travail (jeudi). Il est probable qu’un rebond de toutes ces données surprenne à la hausse, en ligne avec les données récentes des autres pays, nous nous attendons donc à ce que la livre sterling suive l’euro à la hausse par rapport au dollar américain.

USD

La dichotomie entre des données quotidiennes déplorables quant au Covid et des données économiques comparativement plus solides aux États-Unis doit encore se résoudre. Nous sommes légèrement moins positifs que la semaine dernière. Les nouveaux cas quotidiens continuent d’atteindre des niveaux record. Le seul bon côté que nous avons noté la semaine dernière s’estompe, car les décès quotidiens commencent à grimper. Cependant, les chiffres économiques nous surprennent de manière positive. La semaine dernière, ce fut le bond des ISM non manufacturiers (l’équivalent approximatif des PMI européens) et une baisse décente des demandes de chômage hebdomadaires. Néanmoins, aucune de ces mesures ne reflète encore la réimposition de mesures de confinement au cours des derniers jours.

Cette semaine, nous pensons que les chiffres de l’inflation seront plus importants que les marchés ne le pensent. Jusqu’à présent, les perturbations au niveau de l’offre n’ont pas entraîné de pressions inflationnistes, malgré les mesures de soutien mises en place avec succès par le gouvernement fédéral. Il sera intéressant de voir si c’est toujours le cas quatre mois après le début de la pandémie.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le marché des devises ou savoir comment vous couvrir contre le risque de change ?

N’hésitez pas à contacter nos experts.

PARTAGER