La prise du risque sur les marchés prévaut malgré le carnage de l’emploi aux États-Unis

  • Retour à la page d'accueil du Blog
  • Actualités
    Actualités|Analyse du marché des devises
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international
    Actualités|Analyse du marché des devises|Commerce international|Innovation
    Analyse du marché des devises
    Analyse du marché des devises|Commerce international
  • Latest

11 May 2020

Written by
Enrique Díaz-Álvarez

Chief Risk Officer at Ebury. Committed to mitigating FX risk through tailored strategies, detailed market insight, and FXFC forecasting for Bloomberg.

Les chiffres de la masse salariale américaine pour le mois d’avril ont moins déçu que prévu, mais reste désastreux. Les marchés ont choisi de se concentrer sur les points positifs et les actifs à risque se sont redressés dans les heures qui ont suivi.

L
es performances des devises ont été mitigées. Les devises européennes se sont pour la plupart échangées dans une fourchette étroite, terminant la semaine en légère baisse. Toutefois, les devises liées aux matières premières les plus risquées (dollars canadien, australien et néo-zélandais, ainsi que la couronne norvégienne) se sont fortement redressées. Les monnaies des marchés émergents ont également évolué dans le sens général haussier, avec une attention particulière pour le real brésilien. Le real a fortement chuté après que la banque centrale a réduit les taux de façon agressive et a fait comprendre qu’elle ne se préoccupe pas pour l’instant de la dévaluation de la monnaie.

La semaine prochaine, les yeux seront rivés sur l’inflation américaine, les ventes au détail et les données de production industrielle pour le mois d’avril, ce qui devrait en faire une lecture plutôt sinistre. Les opérateurs suivront également de près les effets de la réouverture partielle des économies britannique et allemande sur les chiffres de la contagion, ainsi que l’impact de la vague massive de ventes de bons du Trésor américain sur les taux d’intérêt à long terme.

EUR

La décision de la cour constitutionnelle allemande a récemment fait les gros titres, mais nous pensons que son impact a été surestimé. Les juges de Karlsruhe n’ont rien fait pour empêcher les achats d’obligations souveraines par la BCE. Ils ont demandé à la BCE de se justifier et ont semblé remettre en question la primauté de la justice européenne sur les institutions européennes. Nous ne pensons pas que l’establishment politique allemand acceptera une telle décision potentiellement perturbatrice. Nous nous attendons à ce que la situation soit désamorcée par une sorte de “justification” pour sauver la face et continuer les programmes d’achat de la BCE. Les dommages plus limités des marchés du travail européens par rapport au carnage outre-atlantique et la nette tendance à la baisse du nombre de contagions (contrairement à la situation aux États-Unis) nous amènent à maintenir notre vision haussière de la monnaie commune.

GBP

Le déconfinement progressif du Royaume-Uni et son impact sur le nombre de cas de contagion seront les principales nouvelles cette semaine. Les chiffres économiques, en particulier le PIB mensuel, devraient fournir des indications sur l’impact macroéconomique de la pandémie. Cependant, nous ne prévoyons pas de mouvements important sur la livre sterling cette semaine, elle devrait continuer à suivre de près les mouvements de l’euro pour le moment.

USD

Aux États-Unis, le rapport sur le marché du travail a été légèrement moins désastreux que prévu, bien qu’il ait battu tous les records historiques. La destruction d’un peu plus de 20 millions d’emplois et une hausse du taux de chômage de plus de 10% avaient été largement prises en compte par le marché. Les actifs à risque dans le monde entier ont continué de remonter jusqu’à la clôture de vendredi soir. Il convient de noter que ces chiffres ont été collectés respectivement la deuxième et la troisième semaine d’avril, ils ne reflètent donc pas pleinement les pertes d’emplois pour le mois. Pour cette semaine, nous attendons de nouvelles données économiques du mois d’avril qui fourniront un aperçu des dégâts de la pandémie. Nous porterons une attention particulière aux résultats des ventes massives de dette du Trésor américain et à tout impact potentiel à long terme de la courbe des taux des Etats-Unis. Cette courbe pourra nous montrer la volonté des investisseurs à financer les déficits américains.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le marché des devises ou savoir comment vous couvrir contre le risque de change ?

N’hésitez pas à contacter nos experts.

PARTAGER